Hostilité à l’éducation bilingue: 10 réflexions pour garder le cap

Un samedi de printemps l’année dernière, j’ai observé à mon égard un regard haineux de la femme devant moi dans la queue du supermarché, lorsqu’elle a entendu ma cadette et moi parler ensemble en anglais. Mais vous auriez dû voir son regard déconcerté -et celui du reste de la file- lorsque mon mari et mon aînée ont déboulé en nous parlant espagnol alors que je leur répondais en anglais!  Il y a quelques années, j’aurais été morte de honte. Aujourd’hui, certaines de ces situations me font pouffer de rire car j’ai complètement adopté notre identité de famille trilingue; j’en ai déjà assez vu lors de cette aventure bilingue pour me réjouir de ces petites situations.

Cependant, l’attitude hostile de cette femme m’a rappelé la nécessité en tant que parent bilingue de se forger une carapace; ce qui m’a inspiré ce post. Alors félicitations à cette “charmante” dame qui au lieu de me casser, a eu tout l’effet inverse en m’incitant à appeler les autres parents bilingues à continuer d’utiliser leur langue cible!

Ces petites attaques peuvent venir de partout (proches, famille, collègues, corps médical, nourrice…) et sous différentes formes, des agressions verbales aux simples regards noirs. Il n’y a pas d’encouragement universel à toutes ces situations. Toutefois, voici une liste des petites choses auxquelles vous attacher quand vous n’avez pas le moral et doutez de votre décision d’élever bilingue:

  1. Besoin familial et culturel – Votre enfant a la chance d’avoir 2 (voire plus!) origines, et il doit pouvoir communiquer avec ses 2 familles, découvrir ses origines et ses 2 cultures.
  2. Il parlera! – Si vous êtes le parent d’un enfant qui n’est pas encore en âge de parler, soyez assuré que lorsque votre enfant parlera enfin la langue cible, personne n’osera aller à l’encontre de votre décision d’élever bilingue. Avec mon aînée, j’ai dû endurer les critiques de proches pendant 4 longues années; mais le jour où elle a commencé à me répondre en langue cible, les moqueries se sont tues.
  3. Pour chaque critique que vous essuyez, rappelez-vous tous les gentils commentaires que vous avez eu – Comme me l’a si justement dit une gentille maman bilingue, un jour où j’étais démoralisée par un commentaire indélicat, nous perdons souvent de vue toutes les choses gentilles qu’on a pu nous dire tout au long de notre aventure bilingue.
  4. Des parents non-natifs peuvent élever leur enfant en langue cible – Vous êtes peut-être pas natif, ok.  Mais à moins que votre système scolaire soit particulièrement bon dans l’enseignement des langues étrangères (type pays scandinaves), cela reste quand même une superbe opportunité pour votre enfant d’apprendre de vous la langue cible -même avec vos fautes- plutôt que de ne pas l’apprendre du tout.
  5. Nombre de ces méchants commentaires cachent de la jalousie pure et dure – Il y a un nombre incroyable d’envieux dans notre société. Des fois, l’explication est aussi simple que ça. Des réactions négatives ne tiennent pas à plus que certains individus qui ne supportent pas de voir la réussite d’autres.
  6. Dans les pays monolingues, il y a une méconnaissance incroyable et des mythes autour du bilinguisme- Soyez patient, et prenez sur vous pour changer les attitudes en en parlant ouvertement. Expliquez que votre enfant n’est pas embrouillé mais qu’il utilise le “code-switching”, tout comme les adultes bilingues le font, et que c’est un choix, et non parce qu’il s’est emmêlé les pinceaux.  Les monolingues sont souvent impressionnés et curieux, alors soyez ouvert et ne vous sentez pas gêné.
  7. Ne laissez pas paraître votre chagrin et doutes devant votre petite tête blonde – C’est important qu’il sente que le bilinguisme est quelque chose de positif dont on doit se réjouir, et non d’en avoir honte.
  8. Les accents évoluent Lorsque vous encaissez un commentaire irritant sur l’accent de votre enfant en langue cible, rappelez-vous qu’il vaut mieux un accent que de ne pas parler une autre langue. Gardez en tête que les accents peuvent évoluer avec l’âge et la situation: le bilinguisme évolue tout au long de la vie.
  9. Vous savez mieux que les autres – La société aime nous dicter comment penser et vivre. Cependant, vous êtes le seul décisionnaire, alors ne laissez pas les autres vous influencer.  Ce n’est pas parce que votre société est monolingue que vous devez élever votre enfant ainsi.
  10. Faites-vous confiance – Il semble que la plupart des parents bilingues rencontrent, à un moment donné de leur aventure bilingue, un membre du corps médical ou éducatif qui leur demande de renoncer à leur langue cible parce qu’ils “embrouillent” leur enfant ou retardent son apprentissage. Si tel est le cas, accrochez-vous fermement à votre conviction. Plus de la moitié de la population mondiale est bilingue ou plurilingue…. La moitié du monde ne peut pas être “embrouillée”!

L’aventure bilingue est comme naviguer sur une mer agitée, gardez le cap et écopez les commentaires négatifs de votre navire!

Cet article est également disponible en anglais sur: https://ourmlhome.wordpress.com/2018/05/25/hostility-to-bilingual-education-10-thoughts-to-stay-on-course/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s