Elever bilingue: Les 10 choses qui ont fait que cela marche pour nous

Cela fait 2 ans et demi que nous avons changé notre stratégie d’éducation bilingue. Récemment, je réfléchissais à tous les efforts que nous avons fournis dans cette aventure, à ce qui a clairement fait la différence et que cela marche pour nous:

  1. Définir une règle linguistique claire – Cela a défini une attente claire, avec une tolérance zéro quant à l’usage du français comme issue de secours. Quelque soit ce sur quoi nous éduquons, les enfants ont besoin de limites, même si à un moment ou à un autre, ils peuvent être tentés de les tester. Ma fille aînée, qui a toujours eu recours au français par facilité, n’a plus d’issue et elle le sait. Elle a maintenant compris qu’elle est censée faire l’effort et que si elle ne connaît pas le mot dans dans une de nos langues cibles, elle doit le rechercher dans l’autre langue cible ou décrire avant de recourir au mot français.
  2. Donner l’exemple – les parents respectent la règle de “ml @ home” (langue minoritaire à la maison). Cela a fait toute la différence et nous avons pu le constater à deux reprises, avec chacune de nos filles. Le jour où nous avons cessé de parler le français à la maison, mon aînée a immédiatement essayé d’utiliser l’anglais pour nous imiter (voir Á propos). Il y a 6 mois, j’ai arrêté de traduire les livres espagnols en anglais à notre petite dernière, pour les lire dans la langue d’édition. Notre fille montrait une nette préférence pour l’anglais et ne voulait pas beaucoup parler l’espagnol, mais elle a immédiatement compris le changement et a commencé à utiliser plus la langue de papa à la maison.
  3. Routines – on répète, on répète, on répète. C’est ainsi que l’on enseigne aux enfants à l’école maternelle; j’ai donc simplement cloné leurs techniques et sujets dans nos langues cibles.
  4. Immersion dans les langues cibles – je suis retournée à l’essentiel; je suis revenue à la façon dont j’ai été élevée trilingue: l’immersion totale à la maison.
  5. Être créative – Cela a été mon défi, bien que j’ai vite pris goût à devoir faire preuve de créativité, qu’il s’agisse de créer de nouvelles routines, trouver de nouvelles idées de “captive reading” (technique pour faire lire un enfant tout seul), de rechercher les équivalents des jeux français en langue cible…
  6. Avoir des ressources en langue cible à gogo – Je me suis allouée un budget mensuel fixe pour acheter des livres et d’autres ressources (CD, DVD, livres audio, jeux de société, etc…) . Nous avons également la chance d’avoir une excellente bibliothèque locale avec une section de livres étrangers pour enfants. Par conséquent, mes enfants n’ont généralement pas le temps de se lasser de leurs livres.
  7. Lecture frénétique– au petit-déjeuner, après l’école, au dîner, avant le coucher, avant la sieste, aux toilettes… et des tas de livres partout dans la maison, à portée des petites main.
  8. Rencontre avec de petits camarades de langue cible – L’année dernière, mon aînée a eu la chance d’avoir une camarade de classe anglophone. Une amitié s’est nouée entre les deux et je pense que cela a fait une différence dans l’esprit de ma fille. Cette année, nous avons la chance qu’elle soit dans une classe où il y a 5 autres anglophones (appartenant à une division bilingue de son école) qui l’ont clairement identifiée en tant que “consoeur” anglophone et qui lui parlent parfois en anglais. Cela a fait une énorme différence dans son esprit.
  9. Persévérer – ne jamais abandonner. Jamais. J’ai eu le genou à terre plus d’une fois, mais j’ai repris mon souffle et je me suis relevée à chaque fois. Je ne pouvais pas supporter la perspective des regrets d’avoir abandonné.
  10. Être fier de notre décision d’élever bilingue – ne soyez pas gêné d’utiliser votre langue à l’extérieur. Les enfants ressentent ces choses et percevront leur langue cible comme quelque chose de honteux et d’embarrassant. C’est exactement ce qui s’est passé avec ma fille aînée, jusqu’à ce que nous changions de stratégie linguistique et que je décide d’assumer ma décision, quoi qu’il advienne.

Ce sont les 10 choses que je peux clairement identifier comme ayant fait toute la différence entre le début de notre parcours bilingue où nous allions nous heurter à un mur de briques, et le demi-tour à 180° qui nous a ramené sur les rails. Maintenant, je ne peux pas prétendre à la victoire car la bataille n’est pas gagnée tant qu’elle n’est pas finie, mais hormis persévérer, ce sont les choses que nous n’avions pas faites au début et qui, depuis, nous ont clairement réussi.

Qu’est-ce qui a fait une différence dans votre aventure bilingue? Partagez vos conseils dans la zone commentaires.

Cet article est également disponible en anglais sur:
https://ourmlhome.wordpress.com/2018/11/30/bilingual-education-10-things-that-worked-for-us/

Publicité

3 commentaires

  1. Bonjour,
    Merci pour votre blog et de l’aide qu’il apporte!
    Je parle espagnol à mon fils de 3 ans 1/2 depuis sa naissance. Il comprend absolument tout ce que je lui dis. Par contre, il ne parle pas dans la langue cible. Il dit quelques mots espagnols quand je lui demande mais ne me répond jamais spontanément. Comment faire pour qu’il arrête la facilité de me parler français ?
    Merci

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Anaïs,

      Je suis ravie que ce blog puisse aider d’autres parents! 🙂

      Il faut déjà essayer de comprendre pourquoi votre fils n’utilise pas l’espagnol. D’après Adam Beck dans son livre « Maximize your Child’s Bilingual Ability”, il y a deux piliers indissociables à l’éducation bilingue:
      1. L’exposition à la langue – A priori il serait recommandé que l’ enfant soit exposé environ 30 heures par semaine minimum à la langue cible. Cela lui permets d’acquérir assez de vocabulaire pour ensuite pouvoir s’exprimer. Avez-vous ces 30 heures?
      2. Créer chez l’enfant le besoin d’utiliser la langue cible – personnellement c’est ce que je trouve le plus difficile et c’est là où nous nous sommes initialement cassés les dents (cf: À propos: https://bilingue.home.blog/a-propos/). Une clé importante est d’être consistant dans l’usage de la langue cible. Utilisez-vous exclusivement l’espagnol avec lui ou changez-vous de langue selon votre humeur ou en public avec lui ? L’usage irrégulier de la langue cible peut envoyer un message subliminal à l’enfant que l’usage de cette langue est facultatif.

      Dans les suggestions je vous propose les idées suivantes en espérant que certaines pourront vous aider :
      1. Utiliser la technique “Time & Place” – Créer un rituel quotidien où il sera prié de ne utiliser que l’espagnol. Par ex. un temps de jeu/de lecture où vous le solliciterez verbalement (Jacques-a-dit, livres à fenêtres, ….). J’ai lu l’histoire d’une famille OPOL qui pour inciter leur fille à utiliser leur langue cible parlait la langue à l’heure du repas. La petite a protesté pendant 15 jours mais a finalement cédé et participé. Maintenant elle utilise systématiquement la langue cible avec sa mère.
      2. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous invite à lire « 12 idées de réactions rigolotes lorsque votre enfant répond en Langue Majoritaire »: https://bilingue.home.blog/2019/03/10/astuces-12-idees-rigolotes-pour-reagir-lorsque-votre-enfant-repond-en-langue-majoritaire/
      3. Ne pas réagir si votre enfant vous parle en Français. C’est une méthode utilisée par pas mal de parents bilingues. Personnellement je ne l’ai pas utilisée mais pourquoi pas. 🙂
      4. Instorer une règle linguistique à la maison avec support visuel à l’appui:
      – si vous suivez la méthode OPOL: une photo de chaque parent avec le drapeau de la langue à utiliser. A placer dans l’entrée de la maison, par exemple.
      – si votre conjoint parle espagnol et est partant pour basculer à la méthode ml@home: petit drapeau espagnol pour rappeler la règle en rentrant.
      6. Faites jouer votre fils avec d’autres enfants hispanophones. C’est important qu’il voit que cette langue est également utilisée par d’autres personnes que sa maman. C’est d’autant plus important qu’il la voit utilisée par d’autres enfants, car les enfants apprennent beaucoup on se copiant mutuellement.
      7. Instorer certaines activités disponibles uniquement en espagnol: par ex. Les dessins animés ou la lecture. Il faut que la langue espagnole fasse partie de sa vie est pas juste par le biais de maman.
      8. Associer l’espagnol a du “ un ». Par exemple certaines activités comme des activités manuelles, des jeux de sociétés ou une partie de cache-cache. Tout ce qu’il peut adorer et qui le motivera à utiliser cette langue et également à la percevoir comme quelque chose de positif auquel il aura envie de participer linguistiquement.
      9. Dans son livre, Beck suggère l’idée d’introduire dans votre quotidien une marionnette qui parle et comprend exclusivement la langue cible.

      L’enfant peut avoir besoin de temps pour ne plus utiliser le français comme béquille. Donnez-lui du temps (il a bien fallut 6mois à ma fille de 4 ans à l’époque). Reformulez pour lui et demandez-lui de temps en temps de répéter certaines phrases /mots clés. Ne vous focalisez pas sur toutes les fautes. Au fil de l’eau, choisissez-en une récurrente et corrigez uniquement celle-là. On ne veut pas non plus le dégoûter de l’espagnol.

      Quoi qu’il arrive, abandonnez pas ! Il est déjà bilingue passif, c’est déjà un bon tremplin pour ensuite activer sa langue.

      J’espère que cela pourra vous aider. N’hésitez pas à me contacter par la page Contact si vous souhaitez échanger un peu plus sur le sujet. 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s