Elever bilingue à la maison – Par où commencer?

Avant de savoir par où commencer, faut-il encore être clair sur ce en quoi consiste élever bilingue à la maison.

Élever bilingue à la maison, ce n’est pas faire étudier la langue cible à votre enfant chez vous. Ce n’est pas l’asseoir à un bureau avec une tonne de livres de grammaire et autres aspects théoriques de la langue.
Élever bilingue consiste à établir votre relation avec votre enfant dans votre langue cible 24/7. Vivre la langue, comme n’importe quel parent du pays de votre langue cible. L’apprentissage de la langue se fait par le biais de vos échanges verbaux quotidiens, par vos jeux, votre complicité, tout ce qui fait votre relation avec lui….

Élever bilingue à la maison n’est pas le privilège d’un parent étranger. De plus en plus de parents “non-natifs” s’y mettent; et non, s’ils ne sont pas natifs, ce ne sont pas forcément des professeurs de langue! Par exemple, en Espagne et en Amérique Latine, de nombreux parents se mettent à élever leurs enfants en anglais pour leur donner la chance de parler une deuxième langue.

Élever bilingue ne consiste pas forcément à commencer dès la naissance. Un enfant plus âgé peut être initié à la langue et progressivement basculé dans une pratique bilingue à la maison. Tout est une question de stratégie adaptée à votre famille et votre enfant.

C’est comme cela que vous concevez l’éducation bilingue de votre enfant mais vous ne savez pas par où commencer? Voici quelques étapes à suivre:

Première étape: votre engagement infaillible.
Quelque soit votre stratégie linguistique (voir ci-dessous), sachez qu’il s’agit d’un choix de mode de vie dans lequel on s’engage. Dans l’éducation bilingue, on aura toujours des moments de doutes et de frustrations tout au long de cette aventure, mais si l’on vise la réussite alors nous n’avons pas droit aux coups de mou qui s’éternisent sur plusieurs mois. On choisi et on y va, qu’on ai des hauts ou des bas. Les enfants ont besoin d’un cadre et d’une certaine routine pour s’épanouir, et cela vaut aussi pour son évolution bilingue. Si vous décidez de parler un coup en français un coup dans votre langue cible, sans raison logique et cohérente (par exemple une conversation avec quelqu’un qui ne parle pas votre langue), le risque est que votre enfant prendra cela pour la permission de déroger et de vous parler en français. Le français, c’est bien, mais à chaque usage que vous en ferez, vous enverrez le message subliminal à votre enfant comme quoi tout compte fait il n’est pas nécessaire d’utiliser votre langue cible. Et plus votre enfant recevra ce message et fera usage du français, plus ce sera une occasion perdue d’utiliser votre langue cible et plus votre projet commencera à sortir de ses rails.

Deuxième étape: définir votre stratégie linguistique.
Dans les grandes lignes, il existe 3 stratégies reconnues bien que nous restons libre d’adapter selon nos circonstances personnelles voire même de changer en cours de route si l’on voit que cela ne marche pas… et là je parle en connaissance de cause!:

  1. Méthode OPOL (One Person One Language) – Vous pouvez choisir de parler à votre enfant exclusivement dans la langue cible que vous avec choisi, et votre conjoint lui parle dans une autre langue (soit la langue majoritaire, soit une autre langue cible si vous visez le multilinguisme)
  2. Méthode ml@h (minority language at home) – Vous pouvez opter pour parler votre langue minoritaire à la maison en famille. Il vous reste à déterminer quelques paramètres annexes qui sont très personnels:
    • l’usage de la langue majoritaire est-elle tolérée à la maison ou proscrite,
    • la création d’un univers limitant la présence de la langue majoritaire (utilisation exclusive de médias de la langue cible, …)
  3. Méthode Time & Place – Vous pouvez définir un Temps et un Lieu fixes pour l’usage de votre langue cible. Par exemple, faire tous vos repas dans la langue cible. Cette technique est notamment très appréciée pour les enfants plus grands que vous souhaitez initier à votre langue cible. Si votre enfant ne maîtrise pas encore cette langue, c’est un excellent tremplin vers le passage ultérieur à une maison bilingue.
    Pour faire votre choix, il est vivement recommandé de faire un peu de lecture sur le sujet de l’éducation bilingue. Si vous parlez anglais, je vous recommande vivement le livre qui nous a ouvert les yeux sur l’éducation bilingue: “Maximize Your Child’s Bilingual Ability” par Adam Beck. Beck parle de ces méthodes mais aussi de l’éducation bilingue en qualité de papa Américain au Japon et de professeur d’anglais. Son expérience est enrichissante et narrée avec humour.

Troisième étape: S’assurer du soutien de son conjoint
L’aventure bilingue est déjà bien assez compliquée comme ça (au-delà du fait d’être parent qui n’est déjà pas une mince affaire!) si en plus votre conjoint ne vous suit pas. Pour cela, pas besoin qu’il ou elle parle votre langue cible (vous pouvez opter pour la méthode OPOL si telle est votre situation) mais juste le fait qu’il vous suit dans cette magnifique aventure et qu’il ou elle s’engage à vous épauler du mieux de ses capacités. Car nos charmants petits anges ont parfois la tête dure, et cela fait du bien de se sentir soutenu(e).

Quatrième étape: Lancez-vous!
C’est une magnifique aventure que peu de parents regrettent… personnellement je n’en connais aucun! 🙂 Elle offre une opportunité unique à votre enfant et elle sera enrichissante pour votre famille. Il y aura forcément des épreuves, comme toujours lorsqu’on élève nos enfants, mais au bout du compte la satisfaction sera énorme. Profitez de chaque instant. 🙂

7 commentaires

  1. Très bien cet article en plus, cela donne le cadre pour se lancer. Et surtout ce que dit bien l’article, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour commencer. Par contre si tu choisis une langue exemple l’anglais, qu’en tant que parents tu as un excellent niveau mais un mauvais accent. Est-ce grave ?
    C’est un des points qui me fait peur.

    Aimé par 1 personne

    1. Le sujet des parents non-natifs est un de mes prochains posts 🙂 En tant que parent, nous voulons toujours donner le meilleur à nos têtes blondes et c’est légitime. Mais si notre accent n’est pas top, est-ce une raison pour ne pas donner l’opportunité d’être bilingue à notre enfant? Surtout que l’accent est quelque chose qui évolue (là c’est mon expérience en tant qu’enfant trilingue qui parle) avec le temps. Même le parent peut améliorer son accent à force de parler avec son enfant, on faisant attention aux VO de films et en lisant à haute-voix (je vais compléter ce commentaire avec le lien vers un post en anglais sur le sujet sur mon autre blog 😉 )

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s